Le Petit festival en Trégor : un  » Festivalig celticobaroque « …

« Nous avons commencé par penser le festival, l’association Son ar mein (le chant des pierres) dont le siège est ici à Guimaëc, est venue juste après en hiver 2008, pour rassembler les habitants autour du projet. Quelques mois après, c’était notre première édition « . C’est ainsi qu’Emmanuelle Huteau et Camille Rancière, les musiciens initiateurs expliquent cette création improbable aujourd’hui devenue déjà une tradition! Ils racontent aussi volontiers leur coup de foudre pour les chapelles et sites alentour, intimes et intouchés. Premier acte, un concert offert par l’un puis l’autre à la population en la chapelle des Joies de Guimaec. Evidemment, ils devaient s’y rencontrer ! Et quand on  connaît mieux ces deux sur-doués (graphiste, écrivant vite et bien, ingénieur, gestionnaire, rassembleurs, généreux de leurs talents et de leur temps, enthousiasmant par leur enthousiasme, et bien sûr musiciens « multi-instrument »), on comprend comment la mayonnaise a pu prendre si vite et si durablement dans notre petit village circonspect !!! Ensuite, selon le modèle breton festivalier, l’équipe des bénévoles s’est rôdée, étoffée, le festival trouvant son public tout en l’entraînant dans des contrées musicales inattendues. Ceux qui « snobaient » la musique baroque ou ancienne, par affection s’y sont mis et maintenant ne manqueraient pour rien au monde un concert. Pour d’autres c’est l’occasion de visiter entre deux randonnées musicales des sites architecturaux privés ou des chapelles perdues dans les terres habituellement fermées au public. Le tout dans une ambiance joyeuse avec des artistes qui ne se prennent au sérieux qu’en concert. Et pendant cette petite semaine de juillet, la vie quotidienne se partage : les musiciens se retrouvent à la cantine qui réunit aussi organisateurs et visiteurs, et dorment chez l’habitant. Une formule qui crée des liens : à chaque édition, en plus des concertistes programmés, des musiciens reviennent jouer juste pour le plaisir, montant de nouveaux trios ou groupes dans d’autres régions. Le festival s’enracine plus profondément en Bretagne, allant à la recherche de partitions locales et populaires, s’associant à des égéries régionales comme la charismatique Marthe Vassalo. Aujourd’hui nombreux le reconnaissent : le Petit Festival est devenu une famille. Juillet 2012 verra sa quatrième édition avec pour thème les cordes pincées. .http://petitfestival.fr/

Son ar Mein une association pour encadrer le Festival Elle a pour objet de développer les pratiques culturelles — principalement musicales — dans des sites patrimoniaux, en s’insérant fortement dans le tissu social et en s’appuyant sur des pratiques culturelles vivantes sur le territoire. Elle est constituée aujourd’hui de plus de 120 membres, aux passions multiples (patrimoine, histoire, randonnée, poésie, théâtre etc) rassemblés par leur goût pour les musiques anciennes. Son activité se déroule essentiellement dans le petit Trégor sur plus d’une dizaine de communes rurales et maritimes ainsi qu’à Morlaix. Son action  s’étend peu à peu à tout le pays de Morlaix. Autour du Petit Festival du musiques en Trégor, son activité phare en juillet qui rayonne déjà bien au-delà des frontières du territoire, elle organise des manifestations tout au long de l’année.

A LIRE AUSSI

Advertisements
Cet article, publié dans Animations, Enclos paroissiaux, Finistère, Musique, Patrimoine, Randonnée, Trégor, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s