L’UBO à l’Escale : des cours très particuliers

Bretons de langue bretonne et étudiants en Breton : des rencontres fructueuses

“C’est parce que ma collègue Mannaig Thomas et moi nous constations que les étudiants en Breton étaient de moins en moins en contact avec des bretonnants de naissance que nous avons eu envie d’aller sur le terrain avec eux  » explique  Nelly Blanchard, chercheuse chargée de conférences à l’université brestoise. Le cours « Brezhoneg war an dachenn » (la langue bretonne sur le terrain) s’est soldé fin novembre par deux jours de mise en commun à l’Escale. Viendront ensuite valorisation et publication scientifique des résultats pour le compte du  Centre de recherche bretonne  et celtique.

Dix étudiants, dix cantons

Une dizaine d’étudiants en breton à l’UBO ont mis en commun le fruit d’une enquête très pointue sur le passage du Breton au Français dans les cantons de Morlaix

Concrètement les dix étudiants concernés inscrits en Master 1 Recherche et en Master 1 Enseignement (futurs enseignants de/en breton en collèges et lycées) ont deux par deux “collecté” dix cantons autour de Morlaix . Ils ont dû trouver par eux-mêmes les contacts et prendre des rendez-vous auprès de bretonnants de naissance : c’est sur la base d’enregistrements et compte-rendus qu’ils ont pu réaliser leur enquête. Avec un double bénéfice, pratiquer bien sûr la langue et surtout recevoir sur le vif les observations des bretonnants concernant  l’évolution de leur langue. Une enquête à deux volets « dialectologie’ et « sociolinguistique » qui s’est matérialisée par des questionnaires et des enregistrements libres d’au moins 3 min. Avec des thématiques attendues comme le passage du Breton au Français au 20e siècle, l’emploi de ces deux langues selon  différents domaines de la vie, ou la nomination des lieux géographiques en Breton.

Deux jours pour partager la collecte, visionner les films et passer un bon moment ensemble !

Un travail à long terme ambitieux

Ce n’est que le tome 1 d’une oeuvre de longue haleine. Outre les cantons encore à découvrir, il reste un vrai travail autour de la collecte. En archivant et  valorisant ces données, en rendant accessibles sur Internet audios et vidéos des bretonnants de différentes régions, en exploitant de façon scientifique les données et en les présentant de façon synthétique assortie d’atlas, l’UBO se dotera d’un outil consultable à la bibliothèque du CRBC. Le but à long terme est ambitieux : l’UBO, après plusieurs opérations du genre, aura de quoi constituer un corpus large qui couvrira l’ensemble des cantons de la Basse-Bretagne.

Cette année dix cantons auront été explorés  autour de Morlaix  : Sizun (Commana), Saint-Thégonnec (St Thégonnec), St Pol de Léon (Sibiril), Plouzévédé (Plouzévédé), Morlaix (Morlaix), Taulé (Henvic) Plouigneau (Botshorel), Lanmeur (Plougasnou), Callac (Callac), Plestin les Grèves (Plufur).

Advertisements
Cet article a été publié dans Enclos paroissiaux, Finistère, GR 34, Patrimoine, Trégor, vie rurale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s