L’araignée bleue

L’info vient de sortir dans Le Télégramme il y a quelques jours. Après le crabe poilu de l’Atlantique-Sud, voilà qu’un pêcheur nord-finistérien nous présente l’araignée bleue du nord-est de l’Ile de Batz, tout près d’ici donc.  «Cette anomalie chromatique chez les crustacés nous arrive régulièrement, explique Sébastien Cadiou, chef d’équipe du Pavillon tempéré d’Océanopolis, à Brest : araignée blanche ou bleue, homard rouge (avant la cuisson). Il faut savoir que la couleur de la carapace de ces crustacés provient d’un pigment (l’astaxanthine) et d’une protéine (la béta-crustacyanine). Lorsque la molécule d’astaxanthine est attachée à la protéine, sa couleur est bleue. Lorsqu’elle est libre, sa couleur est orange». Dans le cas de l’araignée bleue, «toutes les molécules d’astaxanthine sont liées à la protéine». De même, explique-t-il: «Les variations de couleur des homards dépendent de la proportion d’astaxanthine libre ou attachée dans la carapace. La chaleur, la cuisson par exemple, déforme la protéine ce qui empêche la liaison avec l’astaxanthine. Du coup, homards et araignées sont rouges une fois cuits». Quand vous viendrez en attraper quelques-unes en bas de l’Escale, quelle que soit la couleur, on les cuira !

Publicités
Cet article, publié dans faune et flore, Finistère, GR 34, littoral, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s