Concert avec le sonneur Olivier Depoix : dites-le aux korrigans

P1020996.jpglightVacances musicales cette semaine avec deux concerts aux tons différents : Echo d’mode au café-librairie Caplan (Guimaëc) en compagnie d’Ingrid Blasco  et Brèves Korriganes  à Treduder. Et si c’est trop pour vous, les korrigans repasseront à la chapelle de Lourdes, Primel-Trégastel en Plougasnou. A consommer en famille !

Le titre est clair: on parlera de korrigans, peut-être les entendra-t-on! Mais ressemblent-ils vraiment à l’idée que nous nous en faisons ? C’est à travers le regard des folkloristes du 19e qu’Olivier Depoix se penchera sur la question, accommodant le tout d’une sauce musicale maison (cornemuses, accordéon, chant).

Si on range les contes et légendes dans un musée, comment pourront-ils vivre ? Il est un café en Bretagne, au milieu des brumes de mer, quand la nuit s’éveille, où viennent se réfugier tous les êtres qui ne cadrent pas avec la réalité. Tous, korrigans et autres « lutinidés », fées, sirènes, et même l’Ankou, viennent et se remémorent le bon vieux temps, lorsqu’ils faisaient partie de la vie des hommes. Ils parlent de l’évolution du travail et débattent de ce qu’ils sont devenus des clichés labellisés « Produit en Bretagne ». On y trouve aussi quelques vieux amoureux de ces immigrants de la réalité, comme Théodore Hersart de La Villemarqué, Anatole le Braz, Henri du Cleuziou, François Cadic. Mais pas d’inutile mélancolie ! Le temps passe, les choses changent … Sauf au café de l’Ankou où l’on peut toujours rire, boire, chanter et danser ! C’est à cette source qu’Olivier Depoix est allé puiser pour ces Brèves korriganes. Brèves de comptoir ou citations ethnographiques ? Petits instants d’évocation musicale, actes d’imagination évoluant entre le portrait-robot tracé par les folkloristes du XIXe siècle et des rêveries personnelles, les brèves de ce concert sont autant de portes ouvertes, laissant entrevoir un petit bout de ces korrigans, de leur personnalité, et pourquoi pas de ce qu’ils sont devenus. Et derrière une note, une gavotte, une tarentelle à l’accordéon ou encore un noël à la cornemuse, n’en doutons pas, un korrigan se cache.  Une heure de concert avec en alternance cornemuses du Centre, accordéon diatonique, concertina et chant, ponctué de courtes lectures :  extraits d’ouvrages d’écrivains romantiques bretons du XIXe, ( Anatole Le Braz ou T.H. de La Villemarqué), traitant des korrigans. A Tréduder,  samedi 14  à 20 h 30, à Plougasnou, vendredi 20 à 20 h 30. Pour en savoir plus sur Olivier

Echo d’mode créé en 2011 avec Duolivine. Au croisement de musiques traditionnelles et de compositions d’Ingrid Blasco, le spectacle a tourné dans le Trégor et en Bretagne avant de s’exporter dans les festivals comme celui des Musicalies en Sologne.  Fascinée par les musiques modales, Ingrid Blasco en fait le fondement de sa musique, associant à l’univers contemporain des musiques créées, les sonorités anciennes des modes grecs qui sonnent parfois si étrangement à nos oreilles d’aujourd’hui. Avec Olivier Depoix, Ingrid avec ce spectacle vivant où se mêlent arts et savoir s’adresse à tous les publics. Prochain rendez-vous , vendredi 13 avril, 21 h, au café-librairie Caplan and co.

Advertisements
Cet article, publié dans art artistes, Finistère, Patrimoine, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s