Fromanger à Landerneau, une première dans le grand Ouest

De l’art contemporain, à l’Ouest, très à l’Ouest… Une idée inattendue pour mener un autre public à découvrir cette partie de la Bretagne coincée dans sa pointe, mais … une idée que les Bretons attendaient. Le Fonds Hélène & Édouard Leclerc a ouvert ses portes au public cet été  aux Capucins de Landerneau  avec l’exposition inaugurale  « Gérard Fromanger ». Un hommage du fils à l’épicier qui révolutionna le commerce comme on sait et un cadeau à sa ville natale. Une chance aussi pour la région Bretagne que ce rendez-vous d’artistes qui a déjà commencé à faire du bruit jusqu’à l’Escale…

Bien sûr, nous avons voulu aller sur place dès juin… Il faisait un superbe temps pour fêter l’inauguration. Découvrir le site d’abord puis se régaler de couleurs et de questions : Fromanger c’est une époque, une posture plastique, politique, historique, surtout pour ceux qui n’ont plus 20 ans. Le site, superbe lieu d’exposition de 1.600 m2 avec une surface de 1.244 m2 pour exposer, en fait un lieu rare, très peu de cette taille dans le Grand Ouest pouvant accueillir des expositions. La chapelle est superbe, haute de 17 mètres, avec une charpente en coque retournée(pas encore ouverte au public). Il y a un couvent, un cloître très rustique, une large aire minérale. L’ancien magasin, faisant apparaître une belle pierre de Logonna proche d’un granit doré, est devenu le hall principal. L’exposition « Gérard Fromanger. Périodisation 1962-2012. », une explosion de couleurs, de formes souvent humaines, figures et narrations… regardons, écoutons ! Pendant l’été, des curieux ou amateurs d’art  sont passés à l’Escale pour faire une halte (à environ 60 km). Et juste le dernier jour fin octobre, ces trois-là curieux d’art différent sont venus de Cherbourg pour un aller-retour Fromanger…Pas question de manquer ce rendez-vous ! Souvenir photo sous forme d’hommage !

Rendre un peu de lustre à Landerneau, petite ville aujourd’hui de près de 15 000 habitants. Elle a été un grand port breton dès le XVIe siècle et comme Morlaix elle avait fait sa fortune avec le lin. Début XIXe, on comptait 120 métiers à tisser dans la manufacture  qui occupait tisserands, dévideuses, teinturiers, etc. Sur le plan architectural, la ville abrite nombre de beaux bâtiments qui rappellent son opulence comme ce pont de Rohan presque symbole de Landerneau. Quinze monuments sont classés ou inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques dont l’ancien couvent des Capucins justement qui abrite aujourd’hui le nouveau centre d’art.

  • « Je crois que cela va donner aux enfants l’envie de peindre », glisse Gérard Fromanger, au milieu de ses 70 oeuvres, certaines à taille humaine, d’autres monumentales. De fait, cet étal de couleurs représentant notre monde contemporain, la société de consommation, avec parfois un brin de noirceur, peut effectivement inspirer les petits. Ou leurs parents.
  • Lorsqu’il évoque ce nouvel engagement dans l’action culturelle, Michel-Édouard Leclerc s’anime, convaincu que l’art « peut aujourd’hui nous sortir du marasme ». Et aussi « Il y a beaucoup de manifestations culturelles en Bretagne, mais sans dénigrer ce qu’on y trouve déjà – des FRAC, des DRAC, etc. – il y a un vrai vide en art contemporain dans l’Ouest de la France. Il ne trouve pas ses marques populaires » …
    …attention il y a un piège !

A lire aussi 

 

Advertisements
Cet article, publié dans art artistes, Finistère, juillet, octobre, Peinture, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s