Sculpteur de poésie, sculpteur de paysage

1187066_466255686813732_519349733_nArt brut, land art… quand Guillaume Castel disperse ses pièces dans la nature, elles sont comme des traces, elles s’inscrivent en complément des pattes des oiseaux, des déchirures d’écorce, des branches cassées ou imbibées de l’eau des rivières… Ses œuvres qui  s’offrent à l’état brut trouvent leur place, reconnues… Après des effleurements végétaux suspendus dans les sentiers, des land art GCastflorescences aquatiques près des cours d’eau, ou des sculptures en dur et des cocons géants disséminés dans les parcs Invitation-Jardins-sensibles-jardins-secrets1-213x300naturels, le jeune Finistérien n’en finit pas de décliner son pays en détails inattendus. C’est le paysage tantôt campagnard, tantôt littoral qui a nourri son imaginaire et formé son regard… Depuis il le sculpte en poète. On en trouve des éclats aussi bien dans le musée de Morlaix que dans d’autres lieux prestigieux, mais ils ne sont jamais aussi à leur place qu’au fond d’une vallée perdue. Visite dans un univers, tantôt naturel, tantôt onirique, mais toujours délicat et joyeux !

En général, sous forme d’installation in situ en pleine nature ou en lien avec l’architecture, lors d’expositions et résidences à travers la France, les sculptures de seaux landart GCastellGuillaume Castel s’offrent sans discours : matière rude, oeuvres simples. Le minimum, l’essentiel. En petites formes ou monumentales, elles sont d’acier, bois, béton, papier ou bronze, de sable même. D’abord formé à l’agriculture, puis à l’école de paysagiste, enfin à la sculpture, il retourne indéfiniment au paysage, pour en extraire la quintessence.    « Le pays natal, écrivait Gaston Bachelard, c’est un granit ou une terre, un vent ou une sécheresse, une eau ou une lumière », des éléments qui régénèrent.  Guillaume en parle à sa façon, créant des face-à-face entre le naturel et le La_Graine__oeuvre_de_Guillaume_Castemanufacturé, la nature mobile en ses saisons et le silence immobile du minéral.  On a aimé sa période inspirée par le végétal qui évoquait  la germination, la graine, l’éclosion, avec ses pièces implantées noduledélicatement dans le paysage, au détour d’une plage, d’une forêt, d’un étang…    Et Biligwen-120x80c’est là que Guillaume rejoint Gaston : «J’aime l’idée de faire partie du paysage. Que l’artiste soit à sa place, comme l’artisan, dans la cité. Je ne tiens pas à entretenir le mythe de l’artiste maudit, loin de tout, vivant à horaires décalés. Je fais partie du village, les gens savent où est l’atelier ».  Car son inspiration est étroitement liée à ce territoire, avec un grand-père marin, l’autre paysan. « Ce mélange là me nourrit. La baie de Morlaix, la terre, la mer, le rivage : c’est le berceau de toutes mes idées. »

  75930_416050118500956_1871200089_n 922940_375086925930609_1778341281_n 995607_469939243112043_163450012_n 1477380_466556580116976_1195440543_n 1495445_461257407313560_1017701890_n 1506545_467270316712269_2029530950_n 1526325_468900256549275_1030449724_n 1513269_463802343725733_498899721_n 1536491_467662470006387_687408716_n 1545628_461658497273451_1706995411_n2014 Forme et couleur pour nous réconforter de l’hiver : Entre  tempêtes,  inondations et brouillard, Guillaume aura donné le moral aux glaneurs de poésie quotidienne    On ne sait pas d’où lui est venue l’idée. Un matin, une petite maison à chapeau pointu s’est incrustée sur le net, pour se décliner à l’infini, matière, couleur, dimension, toujours pareilles, jamais les mêmes. Et en parallèle, cette succession de tempêtes, d’arbres arrachés, de terrains qui changent de forme, de talus qui s’écroulent, de falaises grignotées… Et toujours ces maisons prolifiques qui nous surprennent, qui poétisent l’habitat en le décalant ! Son pari, une petite maison par jour découpée, sciée, brodée, suspendue, soudée, oubliée sur un lac, relayée sur les réseaux sociaux jusqu’à devenir la touche poétique vivante de l’hiver breton. Jusqu’à ce que d’autres ingénus eux tout à fait amateurs, habiles ou non, en fassent l’écho en participant eux-mêmes à l’expérience.

946964_462568497182451_1842603738_n1607055_466903053415662_2109468647_nCela se terminera sans doute par une exposition dans quelque parc naturel ou autre événement artistico-naturel ! En attendant on peut aller voir directement, sur le site de Guillaume ou sur sa page facebook ou encore dans son atelier, pas très loin d’ici à Plouegat. 

Publicités
Cet article, publié dans art artistes, Bretagne, faune et flore, Finistère, littoral, Peinture, Trégor, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Sculpteur de poésie, sculpteur de paysage

  1. zab dit :

    ce travail a l’air vraiment attirant décrit ainsi!! ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s