De Morlaix à Marseille, un aller-retour entre Belles de mai !

IMG_4906.jpgbateausiteQuand les Bretons voyagent, ils retrouvent (cherchent ?) toujours un peu de Bretagne, c’est la mer, ce sont les bateaux. Pour celui qui vit à Morlaix, c’est encore plus évident s’il va jusqu’à Marseille. Les Amis du Musée ne pouvaient ignorer le MuCEM plus port.jpgliglongtemps et sont partis à sa découverte quelques jours en mai. Au cours de leur visite chez la belle méditerranéenne, ils ont croisé  sans cesse la mer, sillonné le quartier Nord fraîchement rénové les pieds dans l’eau,  remonté les venelles et descendu des escaliers, foulé le fort Saint-Jean qui domine le port. Les IMG_5105.jpglightpaquebots y parlent de voyages  à la gare maritime… Le vent là-bas escalier.jpgligtaussi fait cliqueter les mats des voiliers rangés sur le quai chargé d’étals de poissons et le ciel n’y est pas toujours bleu. Ils ont déambulé dans la Marseille des marins puis ont trouvé la Manufacture des tabacs. Même le soleil, n’était pas impitoyable  !  Petit tour, tout petit, de cette Marseille qui fait de l’oeil aux Morlaisiens….

 

L’Escale emmène rarement ses voyageurs aussi loin du Trégor puisqu’on y trouve déjà tous les ingrédients du bonheur, le plage, les oiseaux,  la musique sur tous les tons, les arts dans toutes ses formes, des beaux bâtiments comme des cabanes oubliées. Et des gens, ceux de la terre, ceux de la mer, artistes planqués dans les arbres ou habitants  tout simplement, riches de leur vie passée « ici ou ailleurs »… Mais là, c’était l’occasion, et il fallait partager car, outre la beauté de la ville et de son nouveau magnifique musée, il y avait là-bas comme un air de connaissance. Ceux qui passent à l’Escale et ont aimé Morlaix ou Brest, aimeront sans doute Marseille.

Tous des Gens de Mer !

IMG_4882.jpgLIGTAprès Brest et ses 12 degrés, c’est la tiédeur d’une arrivée en après-midi qui nous a saisis. Puis la lumière. La nonchalance ensuite sur les promenades, le temps de se rendre dans le quartier du port… Nous avions choisi un hôtel près de la Joliette, Les Gens de Mer. Un hôtel modeste quand le quartier l’était PicMonkey Collage.jpgOTELaussi qui a gardé sa simplicité et ses prix abordables. Pas dépaysés au premier regard: le sol arbore une superbe mosaïque navale et dans les chambres, les motifs maritimes évoquent les voyages au long cours. Même la salle du déjeuner nous rappelle avec sa maquette de bateau que l’hôtel a longtemps eu vocation d’héberger les marins. Dehors, comme une proue de pierre accrochée à l’angle d’un immeuble, vers les plages d’immenses crabes en jeu d’extérieur et dans la crêperie l’Ambassade de Bretagne (le nom ne s’invente pas), des photos anciennes du pays dont une étonnante d’un éclusier de Morlaix !

 Le Fort Saint-Jean, un cadeau tout neuf aux habitants

IMG_5119.jpgfort LIGHTRénové et valorisé, ponctué de petits jardins  aux essences diverses, assorti de salles explicatives si on le désire et doté d’un tout nouvel ouvrage qui présente ce lieu jusqu’ici inconnu du grand public, le fort a veillé et surveillé depuis toujours le quartier du port. La promenade suspendue entre ciel et mer est un vrai bonheur pour qui aime mêler paysage, vues panoramiques, surprises esthétiques et strates d’histoires  affleurant sous les pierres.

De l’antique Massilia à Marseille 

Grésille_5125.jpgterrasse lightPour vous donner envie de faire une pause au fort Saint-Jean avant de prendre une glace sur la terrasse du MuCEM quelques rappels : le site a vu colons grecs venus de Phénicie, pêcheurs, Hospitaliers de Saint- Jean de Jérusalem… Le promontoire fut un fort pour Clerville et Vauban, une prison sous la Révolution, un dépôt de munitions pendant la Seconde Guerre mondiale, une caserne… avant de devenir aujourd’hui un lieu de promenade et d’expositions au sein du musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée. Tenter d’écrire une histoire du quartier Saint-Jean, c’est reconstituer en partie l’histoire de Marseille. Le mystère nimbe les entrailles de cette fortification que les Marseillais n’ont pu pénétrer depuis le XVIIe siècle, à l’exception d’une très courte période révolutionnaire. Un beau cadeau qui vient d’être offert aux Marseillais dans le cadre du projet euro-méditerranéen !

Un MuCEM ouvert sur la Méditerranée

004062013152232000000mucemrevebleuokiLe MuCEM, premier musée national français installé en région, est une véritable cité culturelle doublée d’une prouesse architecturale. De ce musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, on ne dira rien ici. Il faut le voir in situ, ses galeries pleines de reflets, sa résille de métal qui enserre le bâtiment pour laisser entrer la lumière et la mer, sans parler des expositions temporaires ou non dont la présentation pédagogique tranche avec la muséologie classique. Juste quelques visuels à aller vérifier sur place !

La manufacture des tabacs « Friche de La Belle de Mai »

friche marseillee Aux côtés des activités portuaires, l’ancienne manufacture des tabacs, symbole du passé économique de la ville, a déjà pensé son avenir.  Espace ouvert, métamorphosé où d’autres sociabilités s’installent, elle accueille diverses activités multi-culturelles, héberge des studios de musiques, un grand restaurant posé dans un ancien hangar, des lieux de spectacles implantées dans  d’ex-salles de travail. Datant de 1868 et longeant la voie ferrée, son style plus industriel que celui de Morlaix justifie sa nouvelle appellation  : La marseil frichegeFriche. Sur ces 45 000m2, le double de la « manu » morlaisienne,  elle compte environ IMG_5066.jpglight70  résidents qui œuvrent dans toutes disciplines artistiques confondues et contribue à l’animation du quartier de la Belle de mai. Pour les Amis du musée, la visite  du site, parfait pendant au musée traditionnel,  était incontournable pour qui s’intéresse à l’avenir cuturel de Morlaix.

En vrac à ne pas rater

IMG_4979.jpglightL’abbaye Saint-Victor aux sources de la ville, l’inévitable Notre-Dame de la Garde pour la vue,  les Jardins du Pharo, le quartier de la Vieille Charité,et le musée de la ville de Marseille (archéologie méditerranéenne IMG_4952.jpglightet arts africains et amérindiens). Bien sûr un coup d’oeil au café de « Plus  boules lightpgbelle la vie » pour son style si marseillais avant d’aller prendre un apéritif sur les places ensoleillées et bavardes du côté du Panier. Le savon est toujours une star un peu partout dans les ruelles comme l’aïoli incontournable à déguster au Clan des Cigales…

Les guides de voyage étant prolixes en images, renseignements et bons plans, on ne va pas vous assommer de détails sur un musée dont l’architecture à elle seule vaut le déplacement, ou sur le développement  spectaculaire d’un quartier. Tout cela redonne à Marseille sa place de ville méditerranéenne, antique et moderne à la fois.  Juste quelques liens souvenirs pour démarrer le voyage

mucem-marseille-musee-ricciotti-pic-2.jpgligt

 

 

Advertisements
Cet article, publié dans art artistes, mai, Patrimoine, Peinture, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour De Morlaix à Marseille, un aller-retour entre Belles de mai !

  1. zab dit :

    formidable article!!! merci pour toutes ces infos incitatives et photos bien choisies! 😉

  2. Un voyage à refaire , cette fois-ci en longeant les calanques !

  3. Aurélia Chaudagne dit :

    Ça donne envie!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s