Daniel Challe met en boîte ses paysages intérieurs

Daniel Challe venait dans la région pour encadrer ses élèves, étudiants en art à Lorient. Le but : passer quelques jours dans le monde du peintre Ricardo Cavallo en prenant ses quartiers à l’Escale. Et photographier… Ce sera au bout du compte une double découverte pas vraiment au programme, celle de la personnalité extrême du peintre (avec peinture dans les espaces naturels de jour, peinture en atelier  en soirée) et celle sous le soleil d’un paysage qui remue dans tous les sens du terme ! Pour cet homme calme, plutôt silencieux, venant de l’est de la France et vivant dans le sud de la Bretagne, sa traversée  du Trégor n’aurait dû être qu’un passage. Vu la géographie locale, on ne transite pas ici, il faut une raison pour arriver sur cette côte, puis y revenir. Daniel est revenu ! Et on attend patiemment le jour où les paysages intérieurs du photographe croiseront ceux extérieurs de notre Finistère nord.

Lors de son premier séjour, « ces quelques jours ont été vécus comme une île » reconnaît-il et en matière d’île il s’y connaît un peu, allant depuis longtemps y chercher de nouveaux mondes à photographier. Et lorsqu’on approche son travail, son cheminement personnel à travers le paysage , on comprend vite que c’est son regard qui crée l’île.  Alors il est revenu, cette fois-ci en vacances familiales, accompagné de son appareil photo d’antan, une « chambre 4×5 inch » aux plaques sensibles qui captent la lumière dans la durée.  Celui où la vue ne se révèle qu’à l’envers et où le cadrage magnifie la moindre ligne de fuite. Une technique qui change le rapport au paysage et la place de l’homme à cause de sa lenteur …surtout à l’époque du numérique. « Ce choix pour moi s’impose quand on veut aborder le paysage différemment »  explique-t-il. Adepte d’une photographie directe, il aime marcher et  » s’imprégner des motifs de la nature pour fabriquer patiemment les images et les livres qui révèlent la poésie silencieuse de ses expériences du monde ». Quelques pas de plus, on arriverait vite à une écriture, cette fois photographique, proche d’un certain Jean-Jacques Rousseau! C’est sans doute pour cela qu’on lui a proposé de travailler  sur les paysages, à la fois cause et effet d’une partie de l’oeuvre de l’écrivain genevoix dont on fête cette année le tricentenaire de sa naissance : « Paysages de l’âme, Jean-Jacques Rousseau dans la Nature »

Expositions et publications 

Dans les pas de Jean-Jacques  Chez Jean-Jacques Rousseau l’écriture naît de la promenade, au milieu des rochers et des bois, des montagnes et des lacs. Tout au long des Confessions et des Rêveries, la question du regard est omniprésente. Regard intérieur, tourné vers soi, et regard extérieur qui rencontrent comme une « matière de rêve » le paysage. Rousseau aurait-il donc aimé la photographie qui naît une quarantaine d’années après sa mort ? Cela a donné le magnifique livre « Paysages de l’âme, Jean-Jacques Rousseau dans la Nature » qui sort en mai 2012. Pour en savoir plus.

« La boîte » est celle du grand-père, mystérieuse, indispensable, pleine d’inutile… elle n’est pas sans rappeler la boîte noire du photographe en réflexion sur son propre rôle. « ll y avait dans la cave de mon grand-père une grande boîte à biscuits métallique qui contenait tout ce qui était à proprement parlé inclassable : clous, boulons, rouleaux de scotch entamés, punaises dépareillées, morceaux de tuyaux d’arrosage, bagues, fil de fer, élastiques, graines à semer, pivoines (..). Dizaines de fétiches qu’il ne fallait pas jeter, dans un mélange généralisé qui interdisait toute forme de classement ou de hiérarchie. Mon grand-père trouvait un plaisir particulier à fouiller dans cette boîte : il devait y trouver le plaisir du rien, du déchet, de l’accidentel, la métaphore de l’Inconscient, de la boîte noire, du désastre de ce qui ne peut aller plus loin que d’être jeté dans la boîte (la suite ici)

L’Aber Benoît, « matrice du monde » pour  Daniel. Depuis 2009 il habite photographiquement l’aber mythique du Finistère nord. Ce lieu le subjugue, il s’en explique :  Aux confins du Finistère, l’Aber Benoît déploie ses sinuosités jusqu’à la mer d’Iroise. Lieu silencieux, paysage originel qui est comme la matrice du monde. Au fil du Temps, je longe cet Aber avec ma chambre 4×5 inch, plaque sensible qui capte les infinies modulations de la lumière sur l’eau, la terre, les arbres.

Et aussi Chronique de l’île, de Bonifacio à Cagliari (2011)  Le cercle, journaux photographiques (1993-2005)    Fuga sur un texte-poème de l’auteur « La physique du monde » (2008)  Les photographes de Barbizon (1991) Alphonse Guillot, photographe amateur (1878-1969) : Le roman d’une vie en stéréoscopie (2009) 

Petite bio pour initiés

Depuis le début des années 1990, Daniel Challe explore séries après séries son rapport au paysage, à la figure humaine, animale, à l’onirisme et au langage poétique de la photographie. Son travail se construit dans une approche lente de la géographie sensible des lieux qu’il affectionne : le jardin, la montagne, l’île, les forêts, les rivières, les bords de mer et d’Océan. La figure omniprésente de l’enfant nous entraine tout au long de ses journaux dans les perpétuelles métamorphoses du regard. De nombreuses expositions et publications jalonnent son parcours. Daniel Challe est né en Haute‐Savoie en 1961. Diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles en 1987, il partage désormais son temps entre une activité d’enseignant de photographie à l’Ecole supérieure européenne d’art de Bretagne (site Lorient) et une photographie d’auteur. Pour en savoir plus sur le travail de Daniel.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s