Olivier Depoix maître sonneur

Du bal médiéval au simple fest noz, du festival  au café-concert, Olivier Depoix participe à nombre d’événements musicaux régionaux, avec toujours une préférence pour les fêtes populaires, sans pour autant écarter la musique plus « savante » Les instruments anciens s’y mettent en scène, servis souvent par des textes sortis tout droit des bibliothèques et des légendes bretonnes. Nous l’avons découvert un soir de concert donné à la chapelle des Joies* : il s’agissait de Duolivine, un duo à cordes et à bourdons fait pour ce cadre incroyable  où vieille à roue répondait aux clarinettes et cornemuse. Depuis, il revisite passepied, polka, mazurka, gigue et autres  entre-danses à tout va. Un travail de passeur d’airs  issus de la tradition, appris auprès des chanteurs ou à l’écoute de collectage :  peu à peu il construit une  mémoire discographique qui complète la démarche de l’association régionale Dastum**. Le public trégorois l’a adopté depuis qu’il a fait sonner les roches monumentales de Primel Trégastel (Les maîtres sonneurs, Georges Sand, Petit festival édition 2011).

Olivier de A à Z C’est avec l’accordéon chromatique qu’Olivier fait ses premiers pas musicaux à 12 ans. Progressivement, il découvre la musique traditionnelle bretonne et sa double appartenance : une société traditionnelle paysanne ancienne mais aussi une pratique dynamique toujours vivante. Découverte qui se poursuit à travers les sons : accordéon diatonique puis cornemuse. En 1995 à Lannion, il apprend la bombarde avec Iffig Kastel, plus tard la cornemuse écossaise avec Hugues Besco. Tout cela le mènera à jouer de la cornemuse du Centre France avec le concours de Robert Amyot (CPMDT – Adami 2008 ). Au gré de ses rencontres musicales, il découvre le chant, la podorythmie québécoise et la clarinette « 13 clés ».
Aujourd’hui, il joue tour à tour de l’accordéon diatonique, des cornemuses 16 et 23 pouces, et de la clarinette dans différentes formations et sur différents répertoires  :traditionnel breton, musique ancienne, spectacles et créations… En musique, la vie continue !

La formation Duolivine (Olivier Depoix, Ingrid Blasco) est née en 2004 d’une fringale de bourdons : « désir d’emplir notre univers sonore du mélange savamment dosé d’un bourdon de vieille et de celui tout aussi présent de la cornemuse tout en respectant l’équilibre mélodique acoustique de ces instruments » expliquent les deux musiciens. Au départ, Olivier jouait sur une cornemuse  allemande (Schäzferfeife en sol) d’une rare douceur. Sont venues ensuite  une grande cornemuse du centre en do, une clarinette traditionnelle à 13 clés et un accordéon diatonique. Et Olivier, l’homme orchestre chante,  Ingrid Blasco joue de le vielle. A eux deux, ils revisitent, réinventent, leur esprit d’aventures les mène dans de nouveaux paris musicaux…

Les spectacles et les disques

  •  Echo d’mode créé en 2011 avec Duolivine Au croisement de musiques traditionnelles et de compositions d’Ingrid Blasco, le spectacle tourne dans le Trégor et en bretagne avant de s’exporter. Fascinée par les musiques modales, Ingrid Blasco en fait le fondement de sa musique, associant à l’univers contemporain des musiques créées, les sonorités anciennes des modes grecs qui sonnent parfois si étrangement à nos oreilles d’aujourd’hui. Prochain rendez-vous, vendredi 13 avril, 21 h, au café-librairie Caplan and co.
  • Paroles de cornemuses 2011 est un concert-lecture sur Les maîtres sonneurs de George Sand, production du Petit Festival de musique en Trégor (édition 2011), avec Solène Riot (cornet à bouquin, flûtes, sacqueboutes) et la comédienne Stéphanie Tesson. Paroles de cornemuses plus d’infos sur le contenu
  • Brèves korriganes 2012  Le titre est clair: on y parle de korrigans, peut-être les entend-on! Mais ressemblent-ils vraiment à l’idée que nous nous en faisons ? C’est à travers le regard des folkloristes du 19e qu’Olivier Depoix se penchera sur la question, accommodant le tout d’une sauce musicale maison (cornemuses, accordéon, chant). Plus d’info sur le contenu.
  • Gourmandises 2011 de la compagnie Babil, avec l’ensemble Les Faux-bourdons et Marie Bazire 
  • Aller Retour 2008, avec Ingrid Blasco et Corinne Henry en
  • L’Ankou  2007 sa vie, son œuvre avec Emmanuelle Huteau
  • A cordes et à bourdons 2008 avec Duolivine CD L’album a voulu relever le défi de Georges Sand dans Le meunier d’Agibault : « Le son de la cornemuse, uni à celui de la vielle, écorche un peu les oreilles de près ; mais de loin, cette voix rustique qui chante parfois de si gracieux motifs, rendus plus originaux par une harmonie barbare, a un charme qui pénètre les âmes simples. Cette forte vibration de la musette, quoique rauque et nasillarde, ce grincement aigu et ce staccato nerveux de la vielle sont faits l’un pour l’autre et se corrigent mutuellement (Olivier Depoix et Ingrid Blasco, vieille de roue).                                 
  • DBB Entre-chats 2005 CD Un trio plein d’énergie et de swing, avis aux danseurs ! Le répertoire est composé de musiques traditionnelles de haute et basse Bretagne, avec des compositions personnelles de Patrick Lancien (accordéon diatonique), Claude Le Baron (bombarde, biniou kozh) et Fabien Robbe (bugle, cornets à pistons). En écoutant ces passeurs de mémoire, chacun aura l’occasion de reconnaître qui un ryhtme, qui une ritournelle enfouie très loin dans l’enfance. Olivier Depoix (accordéon, chant), Cathy Bertrand (clarinette, violon, chant) et Michel Bussière (violon, chant). Editions Coop-Breiz. Contact : 06 76 60 12 13.

Contact Olivier Depoix 63 rue longue 29600 Morlaix Tél. 02 98 72 71 31/06 14 16 75 65 Couriel : olivedep@gmail.com Contact  Ingrid Blasco 12 rue de Keranscoualc’h 22710 Penvénan Tél. 06 81 53 23 71 couriel : ingrid-blasco.com Site  http://www.ingrid-blasco.com

*La chapelle Notre-Dame des Joies est un petit bijou Renaissance de pierre et de bois nichée au fond de la campagne et ouverte pour l’occasion. depuis sa restauration, elle s’ouvre à des concerts intimistes, lieu culte du Petit Festival
** Dastum Bro-Dreger effectue un gros travail de collectage et de diffusion de notre culture orale en partenariat avec Radio Kreiz Breizh, le journal Le Trégor et le Pays Trégor-Goëlo.